Le concept des 3 piliers

Le système suisse de prévoyance repose sur trois piliers: la prévoyance d’Etat (1er pilier), la prévoyance professionnelle (2e pilier) et la prévoyance privée (3e pilier).

Premier pilier

Le premier pilier, l’AVS/AI d’Etat, doit couvrir les besoins vitaux de manière appropriée. La rente la plus élevée ne doit pas dépasser le double de la rente minimum.

Des prestations complémentaires sont aussi versées dans le cadre du 1er pilier. Les bénéficiaires de rentes AVS/AI disposant d’un faible revenu ont droit à des prestations complémentaires. Conjuguées aux prestations de l’AVS/AI et aux autres revenus, celles-ci doivent couvrir les besoins vitaux des personnes âgées, des survivants et des invalides.

Pour de plus amples détails, veuillez vous référer au site AVS/AI.

Deuxième pilier

Conjugué au 1er pilier, le 2e pilier doit permettre de maintenir le niveau de vie habituel de manière appropriée. La loi sur prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP) spécifie les exigences minimales à remplir dans le cadre du 2e pilier.

Les institutions de prévoyance peuvent prévoir des prestations allant au-delà du minimum légal. De nombreuses institutions de prévoyance ont mis cette possibilité à profit. Ainsi, la CPE offre à ses entreprises affiliées et à leurs salariés des prestations qui, en partie, excèdent largement le minimum légal.

Pour de plus amples détails, veuillez vous référer au site AVS et au site «Caisses de pension: avec nous - pour nous».

Troisième pilier

Le 3e pilier, la prévoyance privée, a pour but de combler les lacunes en fonction des besoins effectifs.

La prévoyance liée (pilier 3a) est soumise à certaines restrictions. En contrepartie, elle bénéficie d’avantages fiscaux considérables.

Dans le cadre de la libre prévoyance (pilier 3a), chacun peut étendre sa couverture selon ses besoins.

Pour les actifs disposant d’un revenu élevé et les indépendants, le 3e pilier peut même s’avérer nécessaire pour garantir le maintien du niveau de vie habituel.